La digitalisation de la formation

Table des matières

Derrière ce terme un peu grandiloquent — la digitalisation de la formation — se cache un sujet brûlant pour les entreprises. On a donc voulu chausser vos mains de gants de cuisine pour que vous puissiez le saisir et le déguster.

 

Depuis peu, les moyens de transport sont devenus mes nouveaux alliés. Le temps que j’y passais avant et qui était perdu pour toujours est maintenant regagné. Car mon bureau se trouve dans mon smartphone.

 

Je consulte mes emails, je complète ma to do list et j’en profite pour me former ! Oui, mon téléphone me donne accès à un puits de connaissance. Alors, même en mode sardine (vive la ligne 13 du métro parisien !), je peux avec une formation en ligne :

 

  • apprendre une nouvelle langue
  • découvrir une nouvelle réglementation
  • m’exercer aux techniques de vente sur internet (le social selling)
  • etc.

 

Voici un exemple de module e-learning digital :

Plus qu’un enjeu technologique, la formation digitale, c’est d’abord : comment puis-je optimiser les coûts et le temps de formation en entreprise ?

 

ordinateur et formation

Photo by Annie Spratt on Unsplash

Qu’est-ce que la digitalisation de la formation ?

 

Avec le développement des nouveaux usages dans le quotidien de chacun (dû à l’explosion d’internet), il était logique et prévisible que la transformation digitale s’étende aux méthodes d’apprentissage. Voici les grandes lignes.

 

Commençons par dire ce qu’elle n’est pas. La formation digitale (ou digital learning) n’est pas synonyme de formation à distance (e-learning).

 

La digitalisation de la formation consiste à intégrer les outils numériques à l’univers de l’apprentissage. Celles-ci rendent possibles de nouveaux usages.

 

Quand on parle de nouveaux outils, il s’agit plus précisément :

 

  • de l’email (proposer par exemple des séquences d’emails qui sont des mini-cours sur un sujet donné)
  • de la vidéo (pour créer des cours en ligne de format court — microlearning — ou long)
  • d’outils de visioconférence (les MOOC, webinaires, séances de coaching et la classe virtuelle)
  • de plateformes de gestion de formation ou learning management system, les fameux LMS (pour créer et gérer des parcours de formation)
  • de ressources en ligne (documents à télécharger ou à consulter)
  • des médias sociaux ou des réseaux sociaux d’entreprise, les RSE (ce qu’on appelle le social learning ou le partage de connaissance au sein d’une organisation).
  • Klaxoon (animer des formations présentielles en live, présentielle trop vieux)
  • KAHOOT

 

On voit donc que l’e-learning n’est qu’une partie du digital learning. Il est possible d’intégrer dans une formation en présentiel l’utilisation de smartphones ou de tablettes pour consulter des ressources en ligne, par exemple.

 

Pourquoi digitaliser la formation ?

 

On peut tout à fait conserver un catalogue de formations en présentiel.

 

Cependant, il peut être long et coûteux de mobiliser tous les collaborateurs au même endroit (en particulier si l’entreprise possède des antennes dispersées sur le territoire national, voire à l’internationale).

 

Par ailleurs, le présentiel a comme conséquence immédiate un arrêt brusque de la production.

 

Le problème est donc de savoir comment diminuer les coûts et préserver le fonctionnement régulier de l’entreprise tout en organisant le développement des compétences de ses collaborateurs ?

 

La réponse est de digitaliser tout ou parties de son programme de formation.

 

Digital learning

la disruption du digital learning – étude de © Josh Bersin du cabinet Deloitte

 

Il peut aussi arriver qu’une entreprise ait un besoin de formation (pour une nouvelle réglementation, un nouveau process, etc.) et qu’il n’existe pas de formation sur le sujet ni de module sur étagère (en e-learning).

 

Dans ce cas, on crée une formation sur mesure.

 

Comment digitaliser la formation ?

 

Il y a deux possibilités.

 

On peut digitaliser une formation en présentiel. Cela consiste souvent à partir des PowerPoints du formateur et à transporter cela dans un format d’apprentissage numérique.

 

Cela va nécessiter de trouver comment :

 

  • capter l’attention de l’apprenant
  • dynamiser la diffusion des informations
  • obtenir une bonne mémorisation des informations
  • créer des exercices pour la mise en pratique de la compétence enseignée

 

L’entreprise peut également souhaiter, dans une solution de blended learning, faire une refonte de la partie distancielle. Si elle date, elle peut manquer de vie et contenir des informations obsolètes.

 

En premier lieu, il faut déterminer quel est l’objectif de la formation. Et en particulier, le DRH, le chargé de formation, et les managers impliqués dans le projet doivent déterminer précisément quelles sont les nouvelles compétences que doit acquérir l’apprenant.

 

C’est à partir de là que l’ingénieur pédagogique va pouvoir élaborer une solution de formation combinant les différents outils à sa disposition.

 

Vous avec un projet en tête ?
Parlons-en. Précisons vos besoins avec un rendez-vous téléphonique d’une vingtaine de minutes.

 

Les enjeux de la digitalisation de la formation professionnelle

 

La transformation numérique de la formation n’en est qu’à ses débuts et il existe plusieurs tendances intéressantes pour accroître l’efficacité des méthodes d’apprentissage.

 

1/ L’adaptative learning : trouver le bon point de départ

 

C’est un des sujets qui nous passionne chez VideoLearning. C’est vraiment le futur. Comment créer des parcours de formation personnalisés, adaptés à chaque apprenant ?

 

On commence avec un test de positionnement permettant de déterminer les cours dont l’apprenant a besoin, et ceux qui sont superflus, parce qu’il a déjà acquis la compétence

enseignée.

 

Le parcours proposé découle de cette première évaluation.

 

2/ Identifier les bonnes informations

 

Aujourd’hui, une des tendances du digital learning, c’est le reverse mentoring. Chacun peut désormais se filmer avec son smartphone et mettre en ligne des cours sur le LMS de son entreprise.

 

Il est capital de mettre l’accent sur le fait que la transmission de la connaissance nécessite d’identifier les bonnes informations.

 

Par ailleurs, la pédagogie est un savoir-faire qui demande souvent de la pratique.

 

3/ Les vertus insoupçonnées de la vidéo et du storytelling

 

Aujourd’hui, tout le monde est d’accord pour reconnaître l’impact incomparable de la vidéo.

 

Cependant, on trouve beaucoup de tutoriels d’une qualité médiocre sur le net. Il y a aussi une mode sur le fait de simplement filmer le sachant en train de parler. La raison, c’est que c’est facile à faire et peu coûteux.

 

Quoiqu’il en soit, nous souhaitons que l’apprenant aille jusqu’à la fin d’un module de formation. Si la formation qu’il visionne est ennuyeuse, il ne la complètera pas.

 

Une solution est de faire du blended learning (mélanger le présentiel et la formation en ligne).

 

Une autre est d’inclure des animations (motion design ou des dessins sur tableau blanc) et du storytelling pour capter l’attention et aider l’apprenant à se projeter dans des situations vécues.

 

L’avantage de l’illustration c’est qu’il permet d’être direct sans être moralisateur. L’effet dessin donne une touche d’humour ou de fun qui suscite plus d’adhésion.

 

La qualité de la formation est clé pour satisfaire l’objectif de l’entreprise.

Avantages de la digitalisation de la formation continue

 

On l’a bien compris, digitaliser son offre de formation ne consiste pas uniquement à mettre en place une plateforme LMS (Learning Management System) ou à intégrer tout un ensemble d’outils digitaux.

 

Etude sur l’impact de la digitalisation de l’observatoire de la branche de la formation privée – extrait du rapport de l’Inspection générale des affaires sociales de mars 2017

 

Une utilisation astucieuse des différentes modalités pédagogiques disponibles permet :

 

  • de faire évoluer et enrichir son offre globale de formation
  • d’être en phase avec les nouveaux usages des apprenants (l’utilisation du smartphone, de la tablette, des plateformes vidéos et des réseaux sociaux)
  • de proposer une meilleure expérience utilisateur adaptative et interactive
  • d’améliorer la compétence de ses collaborateurs et ainsi leur productivité et leur réactivité
  • de former un plus grand nombre de personnes
  • d’améliorer sa marque employeur

 

 

en conclusion : la digitalisation et la formation professionnelle continue

 

Il ne reste plus qu’à trouver le juste équilibre entre l’objectif visé et la contrainte budgétaire afin de définir le meilleur plan de formation.

 

Mais gardons en tête que la concurrence s’est accrue avec l’explosion d’internet. Il est vital de se maintenir à jour et d’élever sans cesse la compétence de ses équipes. Nous sommes convaincus que la compétence est un gage de sécurité bien supérieur à un gros compte en banque ou un budget marketing démentiel.

Votre devis en 30sec
Une étude personnalisé
de votre projet